Belle et Bête van Marcela Iacub

Uitgeverij Stock, 2013, 116  blz.

Sinds mei 2011 is Dominique Strauss-Kahn (DSK) niet meer uit de media weg geweest. Iedereen herinnert zich nog het gebeuren in het new-yorkse Sofitelhotel waar de ex-baas van het IMF een kamermeid zou hebben verkracht, zijn opsluiting en verschijnen voor de rechter en de vergoeding die hij nadien heeft betaald aan het vermeende slachtoffer. Zijn vrouw, de gefortuneerde ex-journaliste Anne Sinclair, die hem gedurende al die tijd financieel en psychisch had gesteund, heeft hem ondertussen laten zitten.

Eind februari 2013 duiken DSK en Anne Sinclair plots op in een boek van Marcela Jacub met als titel Belle et Bête. We spreken van een “boek” omdat er nergens een verwijzing staat naar een bepaald literair genre. In een interview (zie hierna) met Frédéric Taddeï op France 2, spreekt Marcela Jacub wel van “roman”. Continue reading

L’Herbe des Nuits de Patrick Modiano

Gallimard, 2012

Lors d’une promenade solitaire en fin d’après-midi dans le XIVème arrondissement de Paris, Jean, le narrateur, se souvient d’un groupe d’individus louches qu’il a connu dans ce quartier. Il consulte des notes prises autrefois dans un cahier à couverture noire. Les notes datent des années 60, de l’époque de la fin de la guerre d’Algérie: un monde disparu, comme dans les romans précédents de Modiano. De ce passé il est resté des noms : Chastanier, Marciano, Duwelz[1], Aghamouri, Georges, “l’homme au visage lunaire“. La bande se réunit  à L’Unic Hotel. Jean est convoqué par Langlais, un inspecteur de police, chargé d’éclaircir une “sale affaire” dans laquelle est impliquée, Dannie, alias Mireille Sempierry, une femme, amateur de Cointreau, avec qui Jean sillonne la ville la nuit, de cafés en hôtels. Avec elle il s’introduit clandestinement dans un appartement dont Dannie a gardé la clef, part à la campagne où ils entrent par infraction dans une habitation. Jean y oublie un manuscrit qu’il ne retrouvera jamais. L’inspecteur Langlais, n’oublie pas Jean et le retrouve des années plus tard afin de lui remettre un dossier de la Mondaine relatif à ces personnages. Finalement, ni les notes personnelles de Jean ni le dossier constitué par Langlais permettront de voir vraiment clair dans cette “sale affaire“. Typiquement Modiano! Continue reading

Un héros, roman de Félicité Herzog

Grasset, 2012, 302 pages

Lors de la rentrée littéraire de 2011, Laurent de Villiers avait publié Tais-toi et pardonne qu’il est venu présenter dans l’émission On n’est pas couché de Laurent Ruquier. Félicité Herzog a fait de même le 15 septembre dernier.

Laurent de Villiers et Félicité Herzog lavent tous les deux le linge familial en public, l’un sous forme de “témoignage“, l’autre dans un soi-disant «roman », terme qu’elle emploie de façon inappropriée, nous semble-t-il. Un héros n’est rien d’autre qu’un témoignage, le récit d’une femme qui raconte son enfance et son adolescence et celles de son frère, années qu’ils ont passées ensemble auprès de leur mère et leurs grands-parents.  Continue reading

Eloge littéraire d’Anders Breivik de Richard Millet

Richard Millet est un très grand écrivain. Ces romans s’inscrivent dans le courant traditionnel: Lauve le pur, La gloire des Pythre, L’amour des trois sœurs Piale, Ma vie parmi les ombres sont ses oeuvres les plus connues. La syntaxe est compliquée par la longueur des phrases et le vocabulaire non plus n’est pas des plus simples. Un roman de Millet ne se lit pas en quelques heures, même pas en quelques jours. Mais ça vaut la peine!

En août dernier il a publié Langue fantôme, essai suivi du fameux Eloge littéraire d’Anders Breivik[1]. Dans l’essai, il constate l’appauvrissement (il utilise le terme paupérisation) de la littérature française suite à la dégradation de la langue. Les causes sont vite trouvées: la mondialisation, l’immigration et la commercialisation du produit littéraire. C’est ainsi qu’Umberto Eco a réécrit Le nom de la Rose pour mieux l’adapter au goût du jour et de son public. Continue reading

Jérôme Ferrari Le sermon sur la chute de Rome

Prix Goncourt 2012

Agrégé de philosophie, né en 1968 à Paris, Jérôme Ferrari a enseigné au lycée international d’Alger puis à Ajaccio. La rentrée prochaine, il poursuivra sa carrière d’enseignant au lycée français d’Abou Dabi. Il a commencé à écrire en 2001. Son troisième roman Balco Atlantico, paru en 2008, s’inspire de la Corse. Son roman suivant, Où j’ai laissé mon âme, se déroule pendant « les événements » d’Algérie.

Son dernier roman, Le sermon sur la chute de Rome[1], paru après une gestation de plusieurs années, a de nouveau la Corse comme décor. Y figurent deux personnages secondaires sortis des romans cités ci-dessus: Virginie Susini et le militaire André Degorce

Continue reading

Appartement 24 roman de Gaëlle Guernalec-Levy

Appartement 24 ou le calvaire de Théo, 4 ans. Le 16 février 2009 le pédiatre inscrit dans le carnet de santé du garçon: “Bon état général”. Le 11 mai 2009 Théo est incapable de se lever à la suite d’une commotion cérébrale. Son corps est couvert d’hématomes, il a les yeux enflés et un décollement de la rétine droite, des brûlures de cigarettes sur les bras. Le mercredi 13 mai 2009 l’enfant décède d’une hémorragie abdominale. Le médecin légiste comptera vingt-six ecchymoses, un traumatisme crânien, six traces de morsures d’origine humaine, …

Son calvaire dure moins de trois mois. Tout ce temps, il reste sans secours … Continue reading

A propos de l’Etranger de Camus

Sans doute, les amateurs de Camus se souviennent-ils de la fameuse scène de l’Etranger[1] où Meursault sort son revolver et descend un Arabe. Camus la situe sur une plage de la banlieue algéroise. Eh bien, Camus ne l’a pas entièrement inventée, elle s’est réellement passée avant la guerre de 1940, non pas à Alger mais à Bouisseville, station balnéaire de la côte oranaise. Camus n’en a pas été témoin, ce sont ses amis oranais qui la lui ont racontée[2]: Edouard, dit Loulou, et Raoul Bensoussan. Ils en ont refait le récit à Olivier Todd en 1992:

 

Continue reading

Une année studieuse, roman d’Anne Wiazemsky

Gallimard, 2012.

Anne Wiazemsky est la fille de Claire Mauriac et du prince russe Yvan Wiazemsky dont la famille prit le chemin de l’exil après la révolution bolchevique. Du côté maternel, elle est la petite-fille de l’écrivain François Mauriac.

Dans Une poignée de gens (1998) et Aux quatre coins du monde (2001) elle raconta le départ en exil de sa famille paternelle et sa dispersion à travers le monde.

Elle consacra deux ouvrages à ses propres parents: dans Hymnes à l’amour (1996), elle est à la recherche d’une dame qu’avait aimée son père. Le personnage principal de Mon enfant de Berlin (2009) est Claire, sa mère, qui, à la fin de la seconde guerre mondiale, s’engagea comme ambulancière de la Croix Rouge. Les alliés l’envoyèrent à Berlin, ville occupée, où elle fit la connaissance du prince Wiazemsky. Anne y est née quelques mois plus tard.

Continue reading

Un lycée parisien dans la tourmente

Bertrand Matot, La guerre des cancres. Paris, Perrin, 2010, 375 pages

Préface de Parick Modiano [1]

En 1944, juste après la libération, le lycée Rollin change de nom et s’appelle depuis lycée Jacques-Decour.

Les bâtiments scolaires sont situés près du Square d’Anvers, en face de la Butte Montmartre.

Le lycée a vécu une période très mouvementée pendant la seconde guerre mondiale. Ce sont ces années-là qu’évoque Bertrand Matot dans La guerre des cancres qui n’est pas un ouvrage de synthèse mais plutôt une suite de témoignages et de documents provenant des archives du lycée et d’autres sources.

Continue reading

Albert Camus ou L’Ordre libertaire

Résumer 600 pages en quelques lignes est peine perdue. Nous nous bornerons aux approches novatrices de l’auteur qui a présenté son ouvrage dans une des émissions de On n’est pas couché de Laurent Ruquier[1].

Notons au préalable que, tout au long de son essai, Michel Onfray met l’accent sur la malveillance à l’égard de Camus et le double jeu, pour ne pas dire l’hypocrisie, du couple Sartre – de Beauvoir. Communistes, ils ont longtemps couvert toutes les atrocités commises en URSS. L’ambassade d’Italie avait payé le voyage que le couple a effectué dans l’ Italie fasciste d’avant la seconde guerre. Quant à Simone de Beauvoir, elle a travaillé pour radio Vichy. Onfray les qualifie de “résistants tardifs”.

Continue reading